L'AÏKIDO,

 

Discipline du 20 ème siècle, est issue des grandes écoles d'arts martiaux traditionnelles du Japon, des bujutsus à mains nues

comme des pratiques aux armes dîtes nobles telles que le

IAÏDO, le JUDO, le KENJUTSU et le KENDO.

 

Cousin contemporain du JUDO, il réalise une synthèse

particulièrement adaptée au monde moderne et se caractérise

par sa mobilité, sa fluidité, sa non opposition, tout en

développant l'unité du corps et de l'esprit.

 

Le paradoxe martial et sa SINGULARITÉ MODERNE

résident dans l'absolue nécessité de préserver l'intégrité

physique de son partenaire tout au long de la rencontre.

 

Outre le bien-être et le plaisir qu'il apporte,

sa pratique nous renvoie à l'essentiel :

les raisons de nos actions

 

LE FONDATEUR, MORIHEÏ UESHIBA

 

Est né le 14 décembre 1883 à Tanabe.

 

Il part pour Tokyo à l'âge de 19 ans. Il consacre ses soirées à la pratique du JUJUTSU, style Tenshin Shin'yo, et du sabre de l'école SHIKAGE.

Durant la guerre entre la Russie et le Japon, il est affecté près d'Osaka où il s'entraine auprès de MASAKATSU NAKAÏ pour y apprendre le JUJUTSU , le SABRE et la HALLEBARDE de l'école YAGYU.

 

En 1911, il s'installe à Hokkaïdo.

En 1915, Il y fait la connaissance de SOKAKU TAKEDA du Daîto Ryu AÏKIJUTSU.

 

En 1919, il reçoit un télégramme l'informant que son père est gravement malade. Il décide de retourner à Tanabe et s’arrêtant à Ayabe, il rencontre le révérend ONISABURO DEGUCHI, homme charismatique et dirigeant de la secte Omoto-kyo.

Après la mort de son père, MORIHEÏ UESHIBA s'installe avec toute sa famille à Ayabe.

A 36 ans, il commence à enseigner le BUDO aux membres de l'Omoto-kyo.

 

En 1924, il quitte Ayabe et part, accompagné du révérend DEGUCHI, pour la guerre en Mongolie. Ils rentrent tous deux sains et saufs en juillet 1924.

C'est en 1925 qu'il a la révélation de son art lors d'un combat contre un officier de marine, expert au KENDO.

En 1926, il part pour Tokyo sous l'instance de l'amiral TAKESHITA.

 

En juin 1927, naît son troisième fils KISHOMARU UESHIBA.

De 1927 à 1931, MORIHEÏ UESHIBA enseigne dans différents dojos.

En 1931, s'ouvre le dojo permanent à Wakamatsu-cho, qui prend le nom de KOBUKAN. 

En 1942, il se retire dans sa ferme d'Iwama. Son fils, KISHOMARU UESHIBA, prend alors la direction du KOBUKAN, qui deviendra l'AÏKIKAÏ en 1948.

 

MORIHEÏ UESHIBA meurt le 26 avril 1969 à l'age de 86 ans. Son fils assure le développement de l'AÏKIKAÏ et permet l'expansion de l'AÏKIDO.

 

De grands noms tels que OSAWA SENSEÏ, ARIKAWA SENSEÏ, TADA SENSEÏ, YAMAGUCHI SENSEÏ, TAMURA SENSEÏ, SAOTOME SENSEÏ, YAMADA SENSEÏ, CHIBA SENSEÏ, ENDO SENSEÏ... illustrent par la suite, l'AÏKIDO à travers le monde.

 

KISHOMARU UESHIBA décède le 4 janvier 1999.

 

Son fils MORITERU UESHIBA est nommé comme DOSHU et devient le représentant officiel de l'AÏKIDO sur le plan international.



contact

AIKIDO - MONTPELLIER - PEROLS

RENWAKAI

Directeur technique

Alain TENDRON

alaintendron@gmail.com

T. 06 19 70 22 90

Via le formulaire

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.